COLOR LAPIDUM

4ème Biennale des Arts de Cuiseaux

Transparences et paraphrases…
Les vitraux glissent la Lumière, nous gagnons tout. Les ombres nous échappent, nous ne perdons rien. Emaki décloisonnent, affleurent les murs sacrés, révèlent l'instantané ; Mater Dolorosa.
Pierres de larmes fusionnent les toiles de lin apparues, nous gagnons tout. L'évidence se découvre, nous ne perdons rien. Lucile Travert, emplit l'espace consacré de ses œuvres avec de part et d'autre du chœur, deux dévoilements ; Pietà.
Le faix émotionnel est intense, infinie la scène-vie ; Impression éveil tout le temps ! Empyal

>Voir le diaporama | >la publication

Pline l'Ancien appelait la couleur de la pierre, Color Lapidum, le modelé peint des figures des marbres antiques qui fascinaient tant cet autre grand artiste du XVe siècle Andréa Mantegna.

 

C'est avec force et évidence que surgit ce projet d'installation lors de la première visite en février dernier à l'Église Saint-Thomas de Cantorbéry de l'Artiste Lucile Travert, invitée par la paroisse St Bernard dans le cadre de la Biennale 2018 à Cuiseaux et de son exposition à la Biennale d'Art Sacré Actuel.

 

C'est à l'Art que Lucile Travert consacre l'essentiel de son temps. Au fil des années, elle a élaboré une signature plastique personnelle et singulière grâce à ses enseignements suivis aux Beaux-Arts (Lyon), aux Arts-Décoratifs (Villa Arson, Nice) puis ses études doctorales à la Sorbonne (Paris).

 

Réaliser des projets le plus souvent conçus in-situ pour des édifices emblématiques, des espaces urbains ou paysagers, représente l'essentiel de son travail.

 

C'est une œuvre complexe et dense que l'on peut suivre à chacune de ses expositions ou dans son atelier en Provence.

 

 

 

 

À Cuiseaux, Lucile invite le visiteur - au fil des créations réalisées en hommage à l'œuvre magistrale de la Pietà en pierre peinte du XVIe - à une déambulation artistique depuis l'entrée de l'Église par le bas-côté sud et jusqu'à la chapelle transept sud.

 

 

Color Lapidum est un cheminement au cœur de la lumière naturelle de l'église. La lumière rayonne notamment au travers des 5 vitraux de l'allée sud auxquels l'artiste a suspendu 5 voiles de lin afin que la lumière colorée des vitraux inonde la partie supérieure du voile de lin laissant apparaître le graphisme de la Pietà tel un suaire. La partie inférieure du voile de lin a été maculée de pigment bleu outremer avant de recevoir le marouflage du dessin de la Pietà. Chaque voile de lin suit l'aplomb du mur sur 2,80m de haut jusqu'à effleurer le sol.

L'installation Mater Dolorosa II constituée des 5 voiles de lin en résonance aux 5 vitraux, offre au visiteur un travail sensible d'apparition et de présence.

 

Cette installation poursuit la réflexion de l'Artiste commencée l'an dernier au sujet des Pietà laïques et de l'installation Mater Dolorosa I qui avait été présentée en Avignon à l'Église des Célestins dans le cadre de la trilogie artistique #Contaminations.

 

 

 

Color Lapidum propose également à gauche de la Pietà sculptée, sous les deux statues Saint Antoine et Saint Eloi du XVe siècle, une peinture à l'huile dont les parties dessinées résonnent avec les deux Pietà rouge flamboyant présentées à droite et à gauche de l'autel de la chapelle du transept sud. Ces deux peintures sur toile de lin déchassée avaient également été présentées dans la nef centrale de l'Église des Célestins en Avignon.

 

 

 

 

 

Lors du « bouquet final » de la Biennale en septembre, le visiteur pourra également découvrir l'installation sonore des Célestins revisitée pour l'Église de Cuiseaux.

 

Les murs « transpireront » des sons venus d'un ailleurs et d'un lieu tenu secret…

 

Phone

+33(0)6 83 60 41 81

AdresseGoogle Maps

Atelier cour du château
84360 Lauris en Luberon